RENTREE SCOLAIRE 2019-2020 : sous le signe de l’improvisation

samedi 7 septembre 2019
par Administrateur FECASE
popularité : 18%

Les élèves ont repris le chemin des classes le 02 septembre 2019. Cette rentrée ne se déroule pas sous le signe de la sérénité. Du côté des régions anglophones, les sécessionnistes ont lancé le mouvement « lock “out”, qui signifie que toute activité va s’arrêter pendant 22 jours dans les deux régions. Cette décision intervient après la décision du tribunal militaire condamnant les leaders sécessionnistes à la prison à perpétuité. Elle vise aussi à contrecarrer la campagne des autorités administratives visant à convaincre les parents à envoyer leurs enfants à l’école dès la rentrée. Les sécessionnistes ont compris l’importance stratégique de l’école ; elle est au centre des activités sociales. Si les parents ne peuvent pas envoyer leurs enfants à l’école à cause de l’insécurité, ils vont se déplacer dans d’autres régions, occasionnant ainsi une hémorragie démographique et l’arrêt ou la stagnation des activités économiques. C’est une pression sur le gouvernement pour qu’il engage le dialogue qu’il a pourtant annoncé depuis des mois. Dans l’Extrême-Nord, la situation semble être sous contrôle. Cependant, les enseignants semblent trainer à rejoindre la région à cause des attentats sporadiques qui s’y passent encore. Dans le secondaire, les nominations des responsables d’établissements se sont déroulés après la rentrée. Les nouveaux programmes qui entraient en vigueur dans certaines classes n’ont pas été communiqués aux enseignants avant la rentrée ; c’est en pleine période de classes qu’ils seront initiés aux nouveaux programmes. Il en est de même de l’approche par les compétences (APC) qui est entrée en vigueur en philosophie dans les classes de seconde l’année scolaire écoulée. Les enseignants ont passé un trimestre sans être formés à cette approche, tout comme dans le primaire. Ici, le nouveau ministre a dû interrompre l’expérience à cause des récriminations des enseignants et des syndicats. Les administrateurs du ministère de l’Éducation de Base n’ont pas attendu l’étude, pourtant commandée par le gouvernement pour la mise en place de l’enseignement fondamentale, pour commencer à initier les réformes. Tout semble improvisé et dans la plus grande confusion. Ces pratiques ne sont pas de nature à faire entrer notre système éducatif dans les rails de la qualité que nous quêtons.


Portfolio

JPEG - 321.8 ko JPEG - 321.8 ko JPEG - 52.4 ko JPEG - 51.6 ko

Agenda

<<

2019

>>

<<

Octobre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

8 septembre 2017 - LE CEFAN RECOIT LA MISSION D’OXFAM

La coalition EPT du Cameroun a reçu la visite de M. Ohene Boateng d’OXFAM qui est la structure en (...)