INCLUSION DES REFUGIES DANS LES SYSTEMES EDUCATIFS NATIONAUX

jeudi 16 novembre 2017
par Administrateur FECASE
popularité : 1%

Le HCR a organisé du 15 au 17 novembre à Dakar un atelier sur l’inclusion des réfugiés dans la planification des systèmes éducatifs nationaux. Les membres du Groupe des partenaires locaux de l’éducation (GPLE) des pays francophones ci- dessous accueillant les réfugiés étaient les invités de cet atelier. il s’agit : du Burkina Faso, du Burundi, du Cameroun, du Congo, de la RDC, du Tchad, de la Mauritanie, du Mali, du Niger et du Sénégal. Chaque délégation étaient composée de deux responsables en charge de la planification dans les ministères en charge de l’éducation, un membre de la société civile de l’éducation et les membres des bureaux HCR desdits pays. : La FECASE représentait la société civile de l’éducation du Cameroun. Des communications sur la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants et sur l’ODD4 ont donné aux participants les instruments juridiques qui justifient l’inclusion des réfugiés dans la planification des systèmes éducatifs nationaux. Si l’éducation est un droit, alors l’enfant réfugié doit être éduqué au même titre que les nationaux. C’est même un impératif pour le pays d’accueil de le faire pour sa propre sécurité. Des enfants en marge des systèmes éducatifs sont en effet enclins à la délinquance ou à l’adhésion à des groupes extrémistes, voire terroristes. Seule l’éducation constitue un antidote efficace contre ces phénomènes. Nous savons que les réfugiés passent beaucoup plus de temps dans les pays d’accueil après les crises qui les ont obligés à partir et certains s’y installent même. Dans ces conditions, exclure leurs enfants des systèmes éducatifs nationaux, c’est les livrer à la délinquance ou à des groupes radicaux. Les participants ont été aussi dotés de compétences pour procéder à l’inclusion des réfugiés lors de la planification des plans sectoriels de l’éducation. Enfin, l’on a recommandé l’intégration du HCR dans le (GLPE). L’atelier n’a cependant pas résolu un problème, celui du financement de l’éducation dans un contexte de privatisation de l’école publique. Si les pays d’accueil rechignent le plus souvent à prendre en charge les enfants des réfugiés dans les systèmes éducatifs nationaux, c’est bien par manque de financements. Ces pays n’arrivent déjà pas à scolariser leurs propres enfants du fait des plans d’ajustements structurel (PAS) qui imposent des restrictions budgétaires au secteur de l’éducation. Avec quels moyens prendre en charge des enfants supplémentaires ? La clé de ce dilemme se trouve à notre avis dans la fin de la marchandisation de l’éducation et des PAS. C’est là où nous devons orienter notre lutte.


Portfolio

JPEG - 262.4 ko JPEG - 258.1 ko JPEG - 261.5 ko JPEG - 261.5 ko

Agenda

<<

2020

>>

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

21 décembre 2016 - TENUE DES SESSIONS ORDINAIRES DE L’ASSEMBLEE GENERALE ET DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU CEFAN

La coalition EPT, le Cameroon Education For All Ntworks (CEFAN) a tenu le 08 décembre 2016 son (...)

9 décembre 2014 - MENACE SUR LA LIBERTE DE MANIFESTATION

Le gouvernement vient de faire voter une loi contre le terrorisme à l’Assemblée Nationale. A en (...)